Votre matière grise, c'est la promesse d'un avenir multicolore!

Samedi 03 Mai 2014
Type d'activité: 
discours/exposé
Source: 
Science appelle les Jeunes

Discours de remise des prix du 48ème Concours national de La Science appelle les Jeunes

Je tiens tout d’abord à vous adresser, chères participantes et chers participants à ce 48ème concours national, mes sincères félicitations pour vos projets de recherche. Ces projets témoignent en effet de votre curiosité, de votre créativité et de votre talent. De votre soif d’apprendre, de comprendre et de partager vos découvertes. Se poser des questions et se donner les moyens d’y répondre, c’est une démarche, ou plutôt une marche, qui permet d’avancer sur le chemin de la connaissance de soi et du monde qui nous entoure. Une marche qui vous est bénéfique, mais qui profite aussi à toute la société, que vous contribuez à construire en y apportant vos lumières.

La matière première de la Suisse, c’est sa matière grise. C’est pourquoi notre pays a besoin de vous. C’est pourquoi il a besoin, aussi, d’un système de formation qui conjugue accessibilité et haute qualité, tel que le système dual de formation que la Suisse pratique avec succès depuis longtemps déjà. À l’heure où se profile une pénurie de personnel spécialisé dans des domaines très divers, il s’agit plus que jamais d’investir dans la formation. En particulier, la promotion de la culture scientifique et l’encouragement de la relève, qui sont au cœur de la mission de La Science appelle les Jeunes, sont vitales pour notre avenir. Vous êtes cette relève, vous êtes notre avenir ! Pour rester à la pointe de l’innovation et à la hauteur de sa réputation internationale, la Suisse de demain doit pouvoir notamment compter sur l’ouverture d’esprit et la capacité d’innovation de celles et ceux qui la « feront ». Dans un monde d’échanges permanents et d’évolutions très rapides, ces qualités sont, je le crois, indispensables à relever les défis qui nous attendent.

En parlant d’ouverture et de réputation internationale, la récente acceptation, par une majorité du peuple suisse, de l’initiative sur l’immigration jette comme une ombre noire sur l’avenir de notre matière grise. Quand on sait l’importance, pour une formation de qualité, de se confronter à d’autres points de vue, à d’autres professeur-e-s et à d’autres cultures, on ne peut que s’inquiéter de l’incertitude qui pèse sur les échanges d’étudiantes et d’étudiants, au-delà de la solution transitoire adoptée pour 2014. Quand on a conscience du fait que près de 2/3 des collaborations scientifiques helvétiques à l’international se nouent avec l’Europe et que les fonds européens représentent un apport considérable pour nos hautes écoles, on ne peut que se faire du souci pour l’avenir de la recherche en Suisse. Et quand on observe le rôle essentiel, pour l’économie suisse, des échanges internationaux - en particulier avec cette même Europe - et les bénéfices de la libre circulation des personnes, on ne peut que redouter la fermeture et le repli. La formation et la recherche dans les hautes écoles, l’économie et, avec elle, les possibilités d’apprentissage : toutes sont affectées par l’issue de cette votation. Les activités internationales de La Science appelle les Jeunes sont, elles aussi, touchées.

Bien sûr, rien n’est encore joué. Les discussions et la recherche de solutions avec l’Union européenne sont en cours et la capacité d’innovation, justement, de celles et ceux qui y travaillent va s’avérer déterminante ! En outre, la Suisse garde quelques atouts – tels que sa dynamique économique, sa force d’innovation et sa position géographique au cœur de l’Europe -. Certains États européens ont eux aussi tout intérêt au maintien des accords bilatéraux qui lient la Suisse et l’Union européenne. L’avenir de nos relations avec l’Europe, s’il est peut-être sombre et en tout cas très flou, reste donc ouvert. J’espère même que ces relations en sortiront, au final, renforcées ! Quant à l’avenir de la recherche, de la formation et de l’économie en Suisse, il n’est certainement pas bouché. Bien au contraire, chères participantes et chers participants, vous y trouverez sans doute, dans la suite de votre vie, de nombreux débouchés !

Cela dit, les résultats de cette votation posent aussi d’autres questions, notamment sur notre relation aux autres. Les autres, ce sont celles et ceux que l’on appelle les « étrangers », dont les droits les plus élémentaires sont parfois oubliés et dont, faut-il le rappeler, les bras et la matière grise profitent largement à la Suisse ! Comment faire pour que la peur de l’étranger n’efface ni notre solidarité, ni notre rationalité ? Les autres, ce sont aussi les autres Suisses et Suissesses, qui habitent dans un autre canton, dans une autre région linguistique, dans un autre milieu de vie, et qui n’ont pas voté comme moi  (voire qui n’ont pas voté du tout !). Comment continuer à vivre ensemble et à faire vivre la Suisse, ce pays fondamentalement multiculturel, quand des sensibilités aussi différentes se manifestent lors de chaque votation – ou presque - et coupent le pays en deux ? Comment garder une certaine unité dans le respect de nos diversités ? Ces questions, qui m’accompagnent au jour le jour dans mon travail politique, vous inspireront peut-être, un jour, un projet de recherche !

Puisque j’ai fait allusion aux différentes minorités qui composent la Suisse, j’aimerais m’adresser à une autre minorité et vous encourager particulièrement, chères participantes, à poursuivre votre formation, votre profession et vos passions. En effet, si les femmes ne sont pas minoritaires dans ce concours - et c’est tant mieux ! -, elles le restent dans bien des domaines scientifiques et professionnels, ainsi qu’aux échelons les plus élevés du milieu académique comme de l’économie. Par ailleurs, puisque nous nous trouvons aujourd’hui en Suisse romande, j’encourage aussi les jeunes de cette région à participer à ce concours lors de sa prochaine édition et j’espère que cette partie de la Suisse sera à l’avenir davantage associée aux différentes activités de La Science appelle les Jeunes. Enfin, à toutes et à tous, je redis encore BRAVO et vous souhaite le meilleur pour la suite de votre parcours. Votre matière grise, c’est la promesse d’un avenir éclatant qui, grâce à vos divers talents, sera multicolore !