Vive la vie, vive la fête!

Samedi 15 Juin 2019
Thématiques: 
Type d'activité: 
discours/exposé
Source: 
25 ans de l'Arcade sages-femmes

C’est avec beaucoup de plaisir et d’émotion que je partage aujourd’hui avec vous cette célébration du quart de siècle de l’Arcade sages-femmes. Beaucoup de plaisir, car il faut reconnaître que l’Arcade est une « success-story » locale, une première qui a offert aux sages-femmes indépendantes du canton de Genève une vitrine, leur a donné pignon sur rue, leur a fourni l’occasion d’aller directement à la rencontre des futurs et jeunes parents du canton, dans toute leur diversité. En tant que co-fondatrice de l’Arcade, je ressens aussi beaucoup d’émotion, parce que la naissance de cette structure a permis d’accompagner des dizaines de milliers de naissances, de cheminer avec les familles autour de ce moment si fort qu’est la venue au monde d’un enfant.  Beaucoup d’émotion aussi, en repensant à ces sages-femmes qui nous ont quitté, Isabelle, Monika, Caroline mais aussi à tous ces bébés, à tous ces parents, à cette extraordinaire aventure qu’est la vie !

Le succès de l’Arcade est dû, bien sûr, à l’enthousiasme, à l’engagement et au professionnalisme des sages-femmes qui l’ont faite hier et la font aujourd’hui, contribuant par-là à améliorer la santé périnatale à Genève. Ce succès est dû, aussi, au besoin de nombreux futurs parents et parents de trouver un lieu où la grossesse, l’accouchement et le post-partum reçoivent l’attention, le temps et la qualité que méritent ces étapes de vie cruciales, dans le respect de la physiologie, dans l’écoute de chacune et chacun, dans un esprit d’ouverture, d’accueil et de partage. Ce succès repose également sur une solide collaboration avec le réseau socio-sanitaire du canton, qui permet de promouvoir la prise en charge extrahospitalière et les soins à domicile. Espace de réunions, d’information et de consultations spécialisées dans le domaine de la santé périnatale, l’Arcade sages-femmes est un exemple de rencontre réussie entre professionnelles et parents, un lieu qui a su renouveler son offre au fil du temps et des nouveaux besoins, autour de l’expérience universelle et pourtant toujours unique qu’est le fait de donner la vie.

Malgré ce succès genevois, les sages-femmes ont encore beaucoup à faire pour la reconnaissance pleine et entière de leur profession, pour défendre leurs spécificités, leur autonomie et leurs conditions de travail. Et l’engouement suscité par les prestations de l’Arcade ne doit pas faire oublier que la naissance et tout ce qui l’entoure sont encore, la plupart du temps en Suisse, médicalisés à outrance et que bien des femmes sont victimes de violences gynécologiques et obstétricales. Ici, tout est mis en œuvre pour écouter le ressenti des mères et des pères, pour respecter le corps des femmes et des bébés, pour favoriser le lien naissant entre les membres d’une famille. Mais cela ne doit pas occulter le fait que les droits des femmes à disposer de leur corps sont remis en question, si l’on pense, par exemple, aux attaques contre le droit à l’avortement ou aux violences sexuelles dont tant de femmes sont victimes. En ce lendemain de grève des femmes, il vaut la peine de le souligner et de revendiquer avec force que les femmes puissent, à l’égal des hommes, décider de leur corps et de leur vie en toute liberté, sans discrimination !

Les hommes, les pères en l’occurrence, ont eux aussi tout à gagner d’une société plus égalitaire. Le congé paternité, sur lequel nous voterons prochainement, n’est toujours pas réalité en Suisse, alors même qu’il permet aux pères de nouer un lien essentiel avec leur enfant. Un lien qui se tisse dans le concret, qui se tricote dans les brassières, qui est fait du parfum des bains comme des odeurs de couches et qui s’approfondit dans chaque câlin, même dans chaque nuit blanche. Le congé paternité participe aussi à la mise en place d’une répartition des rôles plus équitable, sans parler du fait qu’il contribue à soulager les mères, qui ont besoin de se remettre de la grossesse, de l’accouchement et de la mise en route de l’allaitement. En complément, un congé parental à partager entre les deux parents offrirait évidemment à la mère et au père un temps précieux pour vivre la naissance et les premiers mois de leur enfant en toute sérénité.

En tant que sage-femme, mère et grand-mère, je sais l’intensité de cet événement somme toute banal mais chaque fois merveilleux qu’est une naissance, cette fragilité de la vie qui contraste avec son incroyable puissance, ce mélange d’instants difficiles et de profond bonheur. En tant que politicienne, je m’engage pour que ces moments puissent être vécus par les mères et les pères sans qu’elles et ils soient mis·es sous pression, forcé·e·s de retourner très vite à leur travail ou menacées de le perdre. En tant que co-fondatrice et membre de soutien de l’Arcade, je suis fière et heureuse de voir le chemin parcouru, depuis 25 ans, avec tant de parents et d’enfants, dont certaines et certains sont devenus – très- grandes et grands ! Je souhaite à l’Arcade un bon anniversaire… Vive la vie, vie la fête !