« #PasDansMonParlement »: stop au sexisme et au harcèlement !

Mercredi 01 Mai 2019
Type d'activité: 
article
Source: 
Postscriptum n°18 - mai 2019

Comme vous le savez peut-être, l’Union Interparlementaire et l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe ont réalisé conjointement une étude sur le sexisme et le harcèlement au sein des parlements européens. Cette importante étude se base sur des entretiens avec 123 femmes de 45 pays européens, dont 81 femmes parlementaires et 42 femmes membres du personnel parlementaire.

Ceux-ci mettent en lumière un problème systémique au sein des parlements européens, touchant à des faits de violence, mais aussi à toute une attitude sexiste qui rendrait de tels agissements presque acceptables. Ainsi, plus de 85% des femmes parlementaires interrogées ont été victimes de violences psychologiques pendant leur mandat. Près de 68% ont été confrontées à des remarques sur leur apparence physique ou à des stéréotypes de genre. Et près du quart des femmes parlementaires ont été victimes de harcèlement sexuel. Cette étude propose également des solutions concrètes pour remédier à ces situations. Elle recommande notamment de mettre en place des mécanismes confidentiels de dépôt de plainte et d’enquête, ainsi que d’imposer des sanctions disciplinaires aux auteurs de tels actes.

Cette étude le montre clairement : il est de notre responsabilité, à toutes et tous, d’agir pour une égalité réelle. Nous devons continuer à faire évoluer les mentalités à travers l’action, la dissolution des tabous et le refus de se taire. La parole et l’échange sont ici essentiels pour pouvoir opérer les changements nécessaires au niveau législatif. Nous, membres d’un parti politique, avons la responsabilité de faire passer clairement ce message : les comportements sexistes, le harcèlement et la violence sexuelle sont totalement inacceptables dans nos parlements – comme partout dans nos sociétés – et doivent être combattus sans exception. Nous devons donc promouvoir les solutions proposées au sein de nos parlements communaux, cantonaux et des chambres fédérales. Ce travail ne pourra être couronné de succès qu’avec la participation et le soutien de toutes et tous.

Dans le but de rendre ces réalités visibles, j’ai par ailleurs lancé l’initiative #PasDansMonParlement. Cette campagne sur les réseaux sociaux se veut un outil concret pour lutter contre toute intimidation à l’égard des femmes, comportements sexistes, harcèlement et violences. Cette initiative ne se cantonne pas uniquement à l’arène politique, mais a pour vocation d’inciter au lancement de campagnes similaires, telles que #PasDansMaVille, #PasDansMonUniversité, #PasDansMonParti, etc., partout où cela est nécessaire ! Je vous invite donc toutes et tous à vous joindre à cette campagne, pour mettre fin à ces comportements intolérables et créer un environnement inclusif et respectueux de chacune et chacun.