Pour l'avenir de nos retraites

Mardi 19 Septembre 2017
Type d'activité: 
article
Source: 
Tribune de Genève - Face à face

Le système des retraites en Suisse est notre plus grand acquis social. Or, sa santé financière est menacée par des changements sans précédent. À commencer par le départ imminent à la retraite de la génération du baby-boom. Conséquence : l’AVS risque un déficit de 7 milliards de francs en 2030. Et dans la partie surobligatoire du 2ème pilier, la plupart des grandes caisses de pension ont déjà abaissé les rentes.  

Il est donc urgent d’agir. Mais pas n’importe comment. La réforme Prévoyance 2020 remplit un double objectif : elle garantit le financement de nos retraites jusqu’en 2030, tout en maintenant le niveau des rentes. La baisse prévue des rentes du 2ème pilier sera ainsi compensée par une hausse des rentes AVS (de 70 francs par mois, jusqu’à 226 francs pour les couples). Et dans le 2ème pilier, la couverture des temps partiels, des bas salaires, des chômeuses et chômeurs âgés sera améliorée.

Grâce à une modeste hausse de la TVA, l’AVS sera renforcée, dans l’intérêt de toutes et tous. Celui des retraitées et retraités actuels (qui ne connaîtront ni baisse des rentes LPP ni, donc, hausse des rentes AVS) : ceux-ci pourront compter sur un système solide, à même de servir leurs rentes. Celui des futur·e·s retraité·e·s, qui verront les sacrifices consentis compensés par des avantages – contrairement à ce que proposaient les précédentes tentatives avortées de réformes -.

Prévoyance 2020 sert aussi l’intérêt des femmes, malgré le relèvement progressif de l’âge de la retraite à 65 ans : grâce à une retraite anticipée moins pénalisante qu’aujourd’hui, près de la moitié d’entre elles pourront continuer à prendre une retraite à 64 ans sans baisse de rente AVS. Les jeunes aussi y trouvent leur compte : la réforme stoppera le transfert actuel d’une partie de leurs avoirs pour financer les rentes des retraité·e·s.

Certes, les solutions proposées ne sont pas éternelles et des ajustements ultérieurs s’avéreront nécessaires. Mais ce n’est pas une raison pour ne pas agir maintenant ! Prévoyance 2020, fruit d'un compromis politique, est la meilleure solution possible dans le contexte actuel. Une absence de réforme conduirait l’AVS à un sous-financement patent, rouvrant la porte aux mesures d’austérité voulues par la droite. Comme, par exemple, la retraite à 67 ans. Vous n’en voulez pas ? Votez OUI le 24 septembre, pour l’avenir de nos retraites!