Actualité

- Votations du 8 mars 2015:

Initiative «Aider les familles! Pour des allocations pour enfant et des allocations de formation professionnelle exonérées de l’impôt»: NON

> Mon article dans la Tribune du 27.01.15

Initiative «Remplacer la taxe sur la valeur ajoutée par une taxe sur l’énergie»: NON

Votations cantonales GE - Loi sur la police: OUI

> Arguments

> Votations précédentes

- Mes Nouvelles de Berne. Pour vous abonner, merci de m'envoyer un message

- Mes derniers discours au Conseil des États

- Mes dernières interventions au Conseil des États

- Mes mandats parlementaires et liens d'intérêt

 

Prochains événements

26-30 janvier: Session d'hiver de l'APCE, Strasbourg

30-31 janvier: Séminaire du Groupe socialiste des chambres fédérales, Bienne

Les dernières activités politiques

Dernier cri

Impôt vaut mieux que deux tu l'auras pas!

26.01.2015

Attention, piège alléchant! L’initiative du PDC visant à exonérer de l’impôt les allocations familiales promet d’«aider les familles». Mais elle ne permettrait d’aider que celles qui en ont le moins besoin.

Ainsi, si ce texte devait passer, une famille lausannoise avec deux enfants et un revenu brut de CHF 120'000 par an profiterait d’une ristourne cantonale et communale quatre fois plus élevée que la même famille avec un revenu de CHF 50'000. Et à l’échelon fédéral, la moitié la moins aisée des familles de Suisse, qui ne payent pas d’impôt fédéral direct, ne bénéficieraient d’aucun allègement!

Ces familles seraient doublement désavantagées, puisqu’elles subiraient plus lourdement la diminution des prestations résultant des baisses de recettes fiscales (estimées à un milliard de francs en tout). Par exemple, la réduction du subventionnement des crèches…

Au lieu de redistribuer l'aide financière aux familles du bas vers le haut, gardons un système de redistribution -partielle- du haut vers le bas, à travers l'imposition selon la capacité économique! Un principe qui doit s'appliquer aux allocations familiales comme à tout revenu: c'est là le fondement de l’État social.

Or, il nous faut un État social fort pour aider les familles qui en ont besoin, avec des mesures avant tout non fiscales : la hausse du montant des allocations familiales, l’instauration générale de prestations complémentaires pour familles à faible revenu, la suppression des primes-maladie pour enfants, l’augmentation du subventionnement de la garde extrafamiliale.

Oui à ces différentes mesures et NON, le 8 mars prochain, à cette initiative inéquitable!

Liliane Maury Pasquier

Mon article dans la Tribune du 27.01.15

Lire les avant-derniers cris

Facebook