Liliane Maury Pasquier

Actualité

- À lire:

Mon infolettre Retour de Berne. Pour vous abonner, merci de m'envoyer un message

- À consulter:

Mes dernières prises de parole, interventions et votes au Conseil des États

Mes mandats parlementaires et liens d'intérêt

Mes activités à l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe

Prochains événements

28 novembre-16 décembre: Session d'hiver des chambres fédérales, Berne

10 décembre: Cercle de silence, 12h-13h, devant l'église du Sacré-Coeur, Genève

Un million d'étoiles, avec Caritas, 17h-18h30, Place du Molard, Genève

11 décembre: Cortège de l'Escalade, 17h-19h, Vieille ville de Genève

 

Les dernières activités politiques

  • Réformer notre prévoyance vieillesse ? Une nécessité face à la hausse de l’espérance de vie et à la faiblesse attendue des produits des capitaux.

  • Je tiens tout d’abord à vous adresser mes sincères félicitations pour le diplôme que vous allez recevoir tout à l’heure. Ce diplôme vient en effet couronner votre travail de ces dernières années et votre motivation à apprendre.

  • Pour un plafond des primes-maladie à 10% du revenu

  • En Suisse, les cas de renvois « Dublin » foulant aux pieds les motifs humanitaires et le regroupement familial se multiplient ces derniers temps. Le renforcement de la droite dure au Parlement fédéral n’y est pas pour rien.

  • Message d'encouragement aux jeunes marcheurs et marcheuses de la 25ème Marche de l'Espoir

 Dernier cri  

En toute franchise

05.12.2016

Jeudi 8 décembre, le Conseil national se penche sur une motion qui vise à élever le montant des franchises de l’assurance-maladie. Le but de ce texte, adopté par le Conseil des États fin septembre: faire baisser les coûts de l’assurance de base en dissuadant les assuré·e·s de consulter pour des «bagatelles». Autrement dit – en l’occurrence par la Fédération des médecins suisses FMH -, «de renforcer la responsabilité individuelle des assurés».

Or, comme l’écrit justement un médecin, Hans Stalder, dans le Bulletin des médecins suisses (2016 ;97(46) :1634), différentes études montrent que l’augmentation de la participation aux frais réduit certes les coûts liés aux consultations ambulatoires, mais conduit du coup à une augmentation des hospitalisations et donc des coûts totaux de la santé.

Qui plus est, le renoncement aux consultations ambulatoires est le fait des personnes qui ont un revenu plus faible et qui souffrent davantage de maladies chroniques. Comme l’écrit Hans Stalder, «l’élévation de la franchise touchera donc surtout les personnes qui ont particulièrement besoin de soins».

Économiquement contre-productive et éthiquement indéfendable, l’augmentation de la franchise ne renforce nullement la responsabilité individuelle. En revanche et en toute franchise, elle affaiblit la responsabilité collective, partagée entre tous les membres de notre société, d’apporter des soins à qui en a besoin.

Liliane Maury Pasquier

Motion 15.4157

Article de Hans Stalder dans le Bulletin des médecins suisses

Lire les avant-derniers cris

Facebook