Liliane Maury Pasquier

Actualité

- À lire:

Mon infolettre Retour de Berne. Pour vous abonner, merci de m'envoyer un message

- À consulter:

Mes dernières prises de parole, interventions et votes au Conseil des États

Mes mandats parlementaires et liens d'intérêt

Mes activités à l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe

 

Prochains événements

21 juillet: Paléo Festival, Nyon, pour découvrir les travaux des étudiant-e-s de la HES-SO... et écouter Camille!

7-9 août: Festival du film, Locarno

14 août: Séance de la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil des Etats, Berne

 

Les dernières activités politiques

Dernier cri

Pour l'avenir de nos retraites

18.07.2017

Le système des retraites en Suisse est LE grand acquis social des travailleuses et travailleurs. Or, sa santé financière est menacée par des changements démographiques sans précédents. L’AVS risque un déficit d’environ 7 milliards de francs en 2030. Et dans la partie surobligatoire du 2ème pilier, la plupart des grandes caisses de pension ont déjà abaissé les rentes. 

Dans ce contexte, Prévoyance 2020 garantit le financement des retraites pendant 10 ans, grâce à une modeste augmentation de la TVA. Elle compense la baisse prévue du taux de conversion des rentes LPP par des améliorations dans les deux premiers piliers. Dans le second, la couverture du temps partiel, des revenus modestes, des chômeuses et chômeurs âgés est améliorée. Et dans le premier, les nouvelles rentes AVS sont augmentées de 840 francs par an, jusqu’à 2’712 francs pour les couples.

Ces améliorations, auxquelles s’ajoute le renforcement des possibilités de retraite flexible, compensent aussi la mesure la plus contestée – et la plus contestable – de cette réforme: l’élévation progressive de l’âge de la retraite des femmes à 65 ans. Mais les femmes, dont un demi-million ne touchent qu’une rente AVS et dont les rentes LPP sont inférieures à celles des hommes, bénéficieront particulièrement de la hausse des rentes du premier pilier et de l’accès facilité au second.

Cette réforme, fruit d'un compromis politique, est la meilleure solution possible dans le contexte actuel. Elle offre des solutions équilibrées et, surtout, une alternative au pire. Car sans réforme, les caisses de pension devront puiser dans les réserves constituées par les jeunes pour financer les rentes de la prévoyance obligatoire. Et l’AVS sera conduite à un sous-financement patent, rouvrant la porte aux mesures d’austérité voulues par la droite, comme la retraite à 67 ans.

Autant de raisons de voter OUI le 24 septembre, pour l’avenir de nos retraites. D’ici là, je vous souhaite un bel été!

Liliane Maury Pasquier

Sur le même sujet, lire:

- Article paru dans Le Temps

- Présentation de la réforme

Lire les avant-derniers cris

Facebook