Liliane Maury Pasquier

Les dernières activités politiques

  • Réformer notre prévoyance vieillesse ? Une nécessité face à la hausse de l’espérance de vie et à la faiblesse attendue des produits des capitaux.

  • Je tiens tout d’abord à vous adresser mes sincères félicitations pour le diplôme que vous allez recevoir tout à l’heure. Ce diplôme vient en effet couronner votre travail de ces dernières années et votre motivation à apprendre.

  • Pour un plafond des primes-maladie à 10% du revenu

  • En Suisse, les cas de renvois « Dublin » foulant aux pieds les motifs humanitaires et le regroupement familial se multiplient ces derniers temps. Le renforcement de la droite dure au Parlement fédéral n’y est pas pour rien.

  • Message d'encouragement aux jeunes marcheurs et marcheuses de la 25ème Marche de l'Espoir

 Dernier cri  

Des renvois qui donnent la nausée

24.10.2016

En Suisse, les renvois « Dublin » foulant aux pieds les motifs humanitaires et le regroupement familial se multiplient ces derniers temps. En cette période de crise migratoire, le Secrétariat d’État aux migrations (SEM) rend quasi-systématiquement des décisions de non-entrée en matière à l’encontre des requérant·e·s d’asile déjà passés par un pays européen.

Pourtant, le Règlement Dublin laisse aux États membres une marge de manœuvre: l’article 17 offre la possibilité de déroger aux critères d’application, « notamment pour des motifs humanitaires et de compassion, afin de permettre le rapprochement de membres de la famille ». Le SEM semble avoir "oublié" cette option. Sans parler des autorités des différents cantons, qui se content d’exécuter les décisions, sans remettre en question leur bien-fondé.

Témoin, l’exemple récent de la fratrie Musa ou celui de ce jeune Erythréen, renvoyés en dépit du soutien de leur famille à Genève. Des décisions qui ne tiennent compte ni des liens familiaux, ni de l’état de santé des personnes concernées. Même quand il s’agit de femmes enceintes ou qui viennent d’accoucher: une autre famille syrienne, la famille Algoush, aurait ainsi dû être renvoyée alors que la mère, enceinte de son quatrième enfant, était sur le point d’accoucher.

De plus en plus automatiques, ces renvois donnent la nausée. Et prouvent que la nouvelle majorité de droite décomplexée installée au Parlement incite la Suisse à profiter du système Dublin pour durcir sa politique d’asile.

La formidable mobilisation de collectifs de citoyennes et citoyens solidaires a permis, dans certains cas, d’éviter le pire. Mais il s’agit de « bricolages »… La Suisse peut et doit faire mieux: au lieu de renvoyer aveuglément des femmes, des hommes et des enfants vers le désespoir, notre pays doit leur offrir une promesse d’espoir, une terre d’asile.

Liliane Maury Pasquier

Lire mon article dans socialistes n°83

Lire la prise de position des aumôniers, permanents et bénévoles des Eglises de Suisse romande auprès des requérants d’asile et des réfugiés

Lire les avant-derniers cris

Facebook