Actualité

Votations fédérales du 14 juin 2015

OUI à la modification de l'article constitutionnel sur la procréation médicalement assistée
OUI à l'initiative sur les bourses d'études
OUI à l'initative sur l'imposition des successions pour financer l'AVS
OUI à la modification de la loi sur la radio et la télévision

Palais fédéral été

- Mes Nouvelles de Berne. Pour vous abonner, merci de m'envoyer un message
- Mes derniers discours au Conseil des États
- Mes dernières interventions au Conseil des États
- Mes mandats parlementaires et liens d'intérêt

Prochains événements

1-19 juin: Session parlementaire, Berne
5 juin: Sous-commission de la commission politique de l'ACPE, Rome
14 juin: Tournoi de pétanque des élu-e-s, Bout-du-Monde
22-26 juin: Session de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, Strasbourg


29-30 juin: Séance de la Commission de politique extérieure, Zurich
1er juillet: Réunion du comité d'Argos, Troinex

Les dernières activités politiques

Dernier cri

Plus de cohérence, moins de souffrance: OUI à la procréation médicalement assistée

24.05.2015

Nous voterons le 14 juin prochain sur une modification constitutionnelle qui ouvrira la porte à deux changements importants pour les couples concernés : d’une part, la possibilité de développer jusqu’à 12 embryons (au lieu de 3 actuellement) et ne de pas les implanter immédiatement, ce qui contribuera à diminuer les risques et les coûts inhérents à une grossesse géméllaire ou triplée. D’autre part, cette modification permettra de pratiquer le DPI en Suisse aussi. 

Plus de cohérence. La situation juridique actuelle est une aberration: il est interdit de dépister une pathologie sur un embryon 5 jours après la fécondation mais il est permis de le faire chez un fœtus de 12 semaines. De plus, certains pays autorisent des pratiques médicales interdites chez nous, ce qui pousse au tourisme médical.

Moins de souffrance. Ne pas être contraint d’implanter plusieurs embryons comme avoir la possibilité de diagnostiquer une pathologie avant le début de la grossesse sont des démarches beaucoup moins intrusives pour une femme, beaucoup moins traumatisantes pour un couple et beaucoup plus respectueuses de la dignité de l’embryon. 

Le 14 juin prochain, nous voterons sur l'article constitutionnel qui fixe un cadre strict et donne des garanties contre toute dérive. Si celui-ci est accepté, le débat sur la loi d'application pourra être mené. D'ici-là, ne nous trompons pas de débat et votons OUI à la procréation médicalement assistée!

Liliane Maury Pasquier

Ma position dans la TDG

Lire les avant-derniers cris

Facebook